Mères Célibataires : Mode d’emploi

Je pense que c’est le premier article que j’écris à 8h du matin. C’est assez marrant dans le sens où l’on pourrait le considérer comme une sorte de petit déj. Les trains m’inspirent souvent (pour ceux qui ne l’auraient toujours pas compris… tberguig fih ghzal ou sahel), et vu que maintenant c’est « navette quotidienne » … je pense que ce ne sera pas la dernière fois ou j’aurai affaire à ce petit déj spécial !

 

________

 

Ce dont je voulais vous parler dans cet article c’est que :

Il y a 2jours j’ai vu sur le blog de BigBorther une vidéo sur un documentaire qui parle des mères célibataires. Un documentaire fait par Al-Jazzera et qui, malgré le titre assez vague qui n’a pas pour but de se focaliser sur un pays précis mais plutôt la nation musulmane en général, s’est pourtant permis de ne parler que des femmes Marocaines (de la propagande anti-Maroc ? Ce n’est pas une avant première Al-Jazzerienne, puis ça reste tout un sujet à débattre).

Pour ceux qui ne le sauraient pas ce qu’une mère célibataire :

Mère célibataire : Femme qui a eu un enfant sans être mariée

 

En Europe ainsi qu’en Amérique, beaucoup de femmes sont devenus mères célibataires plus par choix que par tournure tordue du destin ! Au Maroc c’est autre chose.

Ces femmes là, se sont laissées manipuler par de jolis hommes dont les hormones sont en ébullition et dont la production de sperme aurait facilement pu aider égaliser le nombre des habitants en Europe en moins de 5ans. Ces femmes là ont, pour la majorité des cas, aimés un homme qui s’est avéré une sorte de bête à la couille remplit et au courage indéfini ou inexistant.

Le reportage se passe en 50min (et il mérite chaque seconde de visionnage), et parle du quotidien de quelques femmes, dont une à peine 1an plus âgée plus que moi (et dont la naïveté empêche sa maturité d’exister … malheureusement). Toutes ont été victimes du pseudo-amour à la marocaine. Entre une violée, l’autre virée par ses parents ou une troisième qui était visiblement à la recherche d’une sorte d’affection qu’elle avait perdu au fil du temps auprès de sa famille. Elles se sont toutes retrouvées enceintes. Par choix ? Certainement, puisque personne ne les a obligés à coucher avec ces hommes, si ce n’était ce rêve de l’homme absolu et de la foi en amour inspirés par ces séries à la TV Novelas (quoique, j’ai horreur d’accuser la télé pour ce rôle méchant qu’elle a de temps à autre … Mais Mohannad a bien fait rêvé de jeunes demoiselles faut-il avouer).

Entre les demandes d’avortement ou les rejets familiaux, ces femmes là ont fait preuve d’un grand courage, une conviction, et un choix qui leur pèsera très lourd pendant des années et des années à suivre. Mais comme l’une l’a bien dit, elles sont devenues plus hommes que les hommes.

 

 

Et maintenant, à mon discours pro-féministe, antireligieux, pré-politique.

Ne suffit-il pas que ces femmes soient rejetées par ceux qui sont supposés les aimer inconditionnellement ? Si tout le monde croit au destin pourquoi ne pas faire preuve de la foi personnelle, et d’accepter de la volonté et le choix d’Allah. Ainsi que e faire preuve de respect cette nouvelle âme qui, j’en suis certain auraient peut être préférée ne jamais naître si elle aurait connu ce qu’elle pouvait causer ?

 

Ce qui est affreux dans le reportage c’est comment la petite fille (né 1988), à cause de sa naïveté, son envie de changer ce destin pré-dessiné pour elle, et se procurer une nouvelle meilleure vie (nous ne l’espérons pas tous ?). Résultat : Un enfant va naître, une fille pour être plus précis, un père nie le fait, une famille qui la rejette … Et PIRE ENCORE ! Un  hôpital qui refuse de s’occuper de l’accouchement sans le bonus : des insultes.

Non mais franchement ! Si l’on ne peut pas compter sur le seul métier où l’on a juré de garder le secret du patient et où l’on est dans l’obligation (de par l’éthiques de la profession que par la loi) de sauver des vies quand cela l’impose,  n’est même pas capable d’aider une jeune fille, qui comme le disait-elle (et je ne doute pas de ses mots), vivait en pure détresse et qui sentait son enfant sortir. Sur qui pouvons-nous compter encore ? Mais où va le monde ?

Une autre s’est vu violée durant son enfance. En plus du fait qu’elle se retrouve avec un enfant et sans éducation pour pouvoir se trouver un boulot décent, la dame se voit maintenant vivre dans la peur que le père biologique de l’enfant ne le kidnappe (parce que c’est ce qu’il promet). Cette dame là s’est vue sauvée grâce aux sœurs ! Si c’est ce que le Christianisme propose, on n’a plus le droit de leurs en vouloir le fait qu’ils cherchent à convertir les gens dans des pays musulmans qui sont incapable de faire preuve de compassion, de pardon, d’amour et d’aide : Les vrais valeurs de l’Islam selon mon peuple !

Les histoires des femmes s’accumulent. Et hormis la petite jeune qui en veut à toute la terre, sa famille et Rabi’ (le père de son enfant), ainsi que sa fille de temps à autre, les autres femmes semblent bien réussir leurs vies, et qu’elles commencent à se relever petit à petit et se font une vie avec certainement un salaire plus bas que le SMIG, mais vivent envers et contre tous ceux qui refusent de les accepter.

Car si vraiment on ne peut rien faire à ces femmes pour les aider à s’en sortir de ce pétrin (qui, rappelons le, a surtout à faire avec le regard que la société tend à porter sur ceux), ou rien que d’admirer le courage dont elles font preuve chaque jour dans des pays où, même la femme mariée est mal vue de temps à autre … Avons-nous vraiment le droit dans ce cas de les juger ?

Il y a le « live and let live », là c’est plutôt « if you’re not able to help, don’t live ».

Encore, un grand STANDING OVATION pour la présidente de l’association Solidarité Féminine, Mme Aicha Ech Chenna qui, assure, une sorte de vie pour ces VRAIES DAMES, et qui, comme elle insiste, que son but n’est pas d’encourager à agrandir ce « fléau » (parce qu’aucune femme ne voudrait se retrouver face à toute une société) mais plutôt qu’elle agit tout d’abord et le plus important en tant qu’HUMAIN avant d’être MAROCAINE-MUSULMANE !

Et j’approuve !

Puis, et si  donner la vie et l’amour, et être capable d’assumer ce choix émotionnellement, financièrement et socialement en quoi cela devrait nous impliquer pour montrer du doigt ?

 


5 réflexions sur “Mères Célibataires : Mode d’emploi

  1. Très bel article.

    Juste une petite rectification : la dame qui parait à la fin de la vidéo est Mme Aicha Ech Chenna et est la présidente de l’association Solidarité Féminine (et non Insaf).

    D’ailleurs, toutes ces jeunes mères célibataires ont fait partie des bénéficiaires de l’association.

    Ceci dit, Insaf fait aussi du très bon travail dans ce domaine.

  2. Très bel article, je tiens a en féliciter le rédacteur, le reportage est très touchant et d’ailleurs mon groupe et moi sommes également entrain de militer avec nos compagnes de sensibilisations aux seins des écoles ou ailleurs dans le but de promouvoir le statut de la femme marocaine et changer cette mentalité poussiéreuse et dépassée, voici notre page
    facebook.com/jef.encgc

  3. Très bel article, en effet, mais il y a des femmes au Maroc qui après un certain age, ne trouvant pas de compagnon (ou de « maris », et l’horloge biologique signalant la fin, veulent avoir des enfants.
    Je trouve qu’il faudrait parler de cette situation aussi. (personnellement je me demande si je ne ferais pas la même chose)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s